recherche
Avancée
  1. Accueil
  2. Santé cardiaque : mieux vaut augmenter lentement la durée des exercices physiques
Santé cardiaque : mieux vaut augmenter lentement la durée des exercices physiques

Santé cardiaque : mieux vaut augmenter lentement la durée des exercices physiques

  • 07 avril 2020
  • J'aime
  • Commentaire

Pour préserver la santé de son coeur, il est vivement conseillé, si l’on souhaite faire du sport à haute intensité, de procéder par étapes en augmentant petit à petit durée et intensité des exercices.

Alors qu’approche la saison des marathons, l’American Heart Association, organisation non gouvernementale qui oeuvre pour réduire les risques cardiovasculaires, a publié une mise en garde sur son site internet.

Constatant que la plupart des gens connaissent surtout les avantages du sport et moins ses dangers, l’association rappelle ainsi qu’un exercice d’endurance extrême, comme un marathon, chez une personne peu ou pas assez entraînée peut augmenter le risque de crise cardiaque et de trouble du rythme cardiaque, entre autres.

L’exercice est un médicament, et il ne fait aucun doute qu’une activité physique modérée à vigoureuse est bénéfique pour la santé cardiovasculaire globale. Cependant, comme en médecine, il est possible de sousdoser et de surdoser l’exercice – en faire plus n’est pas toujours mieux et peut conduire à des événements cardiaques, en particulier lorsqu’il est effectué par des personnes inactives, atteintes d’une maladie cardiaque connue ou non diagnostiquée”, a ainsi souligné Barry A. Franklin, directeur de cardiologie préventive et de réadaptation cardiaque au sein du Beaumont Hospital de Royal Oak (Michigan, États-Unis). “De plus en plus de personnes participent à des marathons ou à des triathlons, et font des entraînements par intervalles de haute intensité. Le but de cette déclaration est de mettre en perspective les avantages et les risques de ces programmes d’exercices vigoureux”, a ajouté le médecin.

Des risques en cas de marathon trop intense ou mal préparé

Après avoir examiné plus de 300 études, les experts de l’American Heart Association, dont les conclusions sont parues dans la revue Circulation, ont constaté que, pour la grande majorité des gens, les avantages de l’exercice physique l’emportent sur les risques. Cependant, ils ont également identifié des risques conséquents en cas d’entraînement trop intense et non préparé. Car marathons et triathlons attirent de plus en plus de personnes qui n’ont pas toujours la condition physique nécessaire.

L’équipe a par exemple constaté que :

  • la moitié des événements cardiaques se produisent lors du dernier kilomètre du semi-marathon ou du marathon, parce que beaucoup de coureurs se mettent à sprinter ;
  • le risque d’événement cardiaque est plus élevé en haute altitude, mais peut être réduit via une habituation progressive quelques jours avant la course ;
  • le risque de fibrillation auriculairearythmie cardiaque courante qui augmente le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC), est réduit lorsque l’on s’exerce de façon plus modérée, plutôt qu’à haute intensité.

Il est important de commencer à faire de l’exercice, mais allez-y lentement, même si vous étiez un athlète au temps du lycée”, a ainsi conseillé Barry Franklin. Et bien évidemment, il est recommandé de consulter un médecin en cas de douleurs thoraciques ou d’essoufflement important. Quant aux personnes ayant déjà reçu un diagnostic de maladie cardiaque, ou étant particulièrement sédentaires, l’approbation du médecin est nécessaire avant de commencer tout entraînement.

Source : https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-sante/sante-cardiaque-mieux-vaut-augmenter-lentement-la-duree-et-lintensite-des-exercices-physiques-432408
  • Partager:

Laissez votre commentaire